❝L’histoire de la faïencerie KERALUC
à Quimper, 1946-1984

LE CORRE Jos

Baud, le 4 septembre 1925 — Quimper 1979

En septembre 1948, Jos Le Corre entre à Keraluc en qualité d’artiste indépendant. Né à Baud (Morbihan), il fait ses études à Lorient et part à Paris en 1945 pour suivre des cours à l’école de l’affichiste Paul Colin, boulevard Malesherbes, et fréquenter l’atelier de Fernand Léger. Nostalgique de sa Bretagne natale, il quitte la capitale et entre comme étudiant à l’École des Beaux-Arts de Quimper, dans l’atelier de Robert Villard.
Il y est nommé professeur d’art graphique à partir de 1952 et jusqu’en 1979.

Biographie

Peintre ouvert à divers modes d’expression, il se distingue comme dessinateur et affichiste en réalisant plusieurs années durant les affiches pour les Grandes Fêtes de Cornouaille à Quimper. Celle créée en 1955 attire l’attention de Georges-Henri Rivière, conservateur du Musée National des Arts et Traditions populaires.

Séduit par la céramique, il réalise ses premières pièces chez HB où il rencontre Giovanni Léonardi ; mais son style inadapté à l’esprit de la maison ne trouve la liberté nécessaire qu’à Keraluc. Il y découvre une ambiance familiale et amicale, réceptive à ses préoccupations esthétiques. Artiste indépendant, Jos Le Corre fréquente alors régulièrement l’atelier jusqu’en 1959, comme peintre décorateur « flirtant » avec la faïence au gré des circonstances. Son style très personnel est caractérisé par une grande liberté d’expression et un traitement graphique spontané et joyeux. Les différents thèmes abordés : personnages très variés, monde végétal et animal avec une prédilection particulière pour les oiseaux, sont interprétés avec une grande sensibilité et traités avec vitalité. Dès 1949, ses créations sont exposées à la Galerie Saluden à Quimper. À l’occasion du premier Salon des Céramistes d’Art de France à Paris organisé par la chambre syndicale du 19 au 25 septembre 1949, le stand de Keraluc est particulièrement remarqué et un label de la chambre syndicale vient récompenser les qualités d’originalité et d’exécution d’un plat en faïence de Jos Le Corre intitulé « Daniel dans la fosse aux lions ». Ses pièces sont également présentées dans bien d’autres manifestations comme à Annecy en 1953 à la galerie Peuple & Culture et à New York chez Mme Wertz, 69e rue. En 1959, il ouvre son propre atelier de céramique, l’Atelier du Steïr, qu’il partage un temps avec son collègue de l’école des Beaux-Arts, Georges Connan. Jos Le Corre y développe alors une technique de décoration à base de motifs floraux adaptables aisément sur différentes formes. Ces recherches lui permettent par la suite d’élaborer de nombreuses formules originales de décors qui sont édités par Keraluc sur l’ensemble de la collection de grès à partir de 1967.

Jos Le Corre a été pendant trente ans un remarquable professeur, il fut aussi peintre avant tout. En 1981, à la suite de sa disparition prématurée, une grande exposition rétrospective au Musée des Beaux-Arts de Quimper, nous a révélé l’ensemble de son œuvre.

Bibliographie

- « Jos Le Corre 1925-1979 », Musée des Beaux-Arts de Quimper, plaquette de l’exposition rétrospective 13 février - 20 mars 1981.
- « Le Corre Jos », in L’Encyclopédie des Céramiques de Quimper, tome V, pages 17 à 25.